Vous êtes ici : Accueil > Ressources pédagogiques > CYCLE 3 > La matière > CE2-CM1 Il était une fois : nettoyer de l’eau sale
Publié : 20 janvier 2011

CE2-CM1 Il était une fois : nettoyer de l’eau sale

-7 décembre : 1ère séance

Après avoir travaillé sur le trajet de l’eau, par rapport au ruisseau de l’Idavière (voir photographie n°1 au premier plan), nous avons récolté un échantillon du plan d’eau communal (voir photographie n°1 au deuxième plan).

photographie n°1

Nous avons constaté que l’eau était "sale" : de couleur marron avec une odeur de vase. D’où la question : comment la rendre "propre" ?

Nous avons travaillé individuellement dans notre classeur de sciences pour trouver une ou plusieurs méthodes (avec schéma et textes d’explication).

Puis nous avons mis en commun nos propositions : nous n’avons retenu que les dispositifs qui pouvaient être testés en classe. Nous avons abouti à 6 dispositifs :

expérience n°1 : filtrer l’eau avec une passoire puis y mettre du gros sel

expérience n°2 : transférer l’eau sale dans un autre pot grâce à une éponge

expérience n°3 : enlever les grosses saletés avec un gant puis faire bouillir l’eau.

expérience n°4 : filtrer l’eau avec un filtre à café

expérience n°5 : filtrer l’eau avec une passoire puis y mettre de l’eau de javel (attendre 1 journée)

expérience n°6 : mélanger de l’eau propre avec l’eau sale, faire bouillir puis ajouter de l’eau de Javel (attendre une journée)

-13 décembre : mise en oeuvre des expériences

6 groupes d’élèves mettent en oeuvre leur expérience, après avoir écrit les schémas, les résultats attendus. Ils notent aussi leurs observations. Pour qu’on puisse savoir si le dispositif est efficace, il faut pouvoir comparer avec l’eau sale de départ : nous arrivons à la conclusion qu’il faut garder une partie de l’eau sale dans une bouteille (la bouteille-témoin)

expérience n°1 : La passoire a retenu les plus grosses saletés. Le gros sel a disparu. Les petites saletés sont tombées dans le fond du pot. Mais l’eau est moins claire qu’au départ.

expérience n°2 : Nous avons recommencé l’expérience 3 fois car les deux premières éponges étaient sales donc elles salissaient l’eau ! Après le 3ème essai, l’eau est quand même moins claire. Nous avons observé des petits animaux qui sont restés dans le 1er pot.

expérience n°3 : L’eau n’a pas vraiment changé de couleur. Les saletés se sont regroupées sur les bords de la casserole quand l’ébullition a commencé.

expérience n°4 : Dès le premier passage de l’eau dans le filtre, l’eau est devenue plus claire. Nous avons recommencé 2 fois. L’eau est vraiment plus claire. Nous avons observé des petits animaux vivants dans le 1er filtre.

expérience n°5 : L’eau est un peu plus claire mais elle a une odeur d’eau de Javel.

expérience n°6 : Les saletés se sont dispersées au moment de l’ébullition mais elles sont restées au fond.

-16 décembre : Conclusion et interprétation des résultats

Trois jours plus tard, nous avons été surpris d’observer que l’eau dans tous les pots s’est éclaircie. Les saletés sont toutes tombées au fond des pots. L’eau a décanté. photographie n°1

Durant les expériences, la main avait enlevé les plus grosses saletés, le filtre à café a, lui, enlevé toutes les saletés visibles (brindilles, terres et petits animaux). Mais cela ne veut pas dire que l’eau est propre car il existe des microbes qui ne sont pas visibles. C’est pourquoi, il faut faire bouillir l’eau. Pour être plus sûr, on peut ajouter de l’eau de Javel.

Quelqu’un propose de mélanger les différents dispositifs. 1 : laisser reposer l’eau pendant 2 jours 2 :Filtrer avec un filtre à café (recommencer jusqu’à ce que l’eau soit très claire) 3 : Faire bouillir l’eau 4 : ajouter de l’eau de Javel

Mais cette eau qui est propre est-elle vraiment potable ?

-1er février : eau propre/eau potable ? Nous avons dans un premier temps tenté de nous mettre d’accord sur ce qu’est une eau propre. Les éléments suivants ont été retenus. L’eau propre est transparente, sans "poussière" (petites particules).

Nous avons alors pris le problème à l’envers. C’est-à-dire que nous sommes partis d’eau potable et nous y avons ajouté différents produits en nous demandant si l’eau était "salie" ou si l’eau devenait imbuvable ou les deux.

Avant de faire les expériences, nous avons rempli ce tableau en essayant d’anticiper le résultat.

Puis nous avons fait les expériences et nous avons rapidement constaté qu’il était très difficile de se mettre d’accord sur la manière de remplir la première colonne (est-ce que le produit a sali l’eau ?) En effet, des produits transparents ne changent pas la transparence de l’eau mais y apportent une odeur : la fleur d’oranger ou l’eau de Javel. Mais l’eau a-telle été salie ? De même pour le sel qui change juste son goût. De même pour l’ajout du colorant alimentaire qui change la couleur de l’eau.

Paradoxalement, le savon a été considéré comme salissant l’eau (ça changeait la limpidité de l’eau).

Curieusement, le sable n’a pas sali l’eau car il a instantanément décanté au fond du pot.

Par contre l’argile et les graviers ont rendu l’eau plus trouble donc ont "sali" l’eau.

Le consensus a été plus large sur la 2ème colonne. Une eau est potable si on peut la boire en grande quantité sans tomber malade.

Conclusion Nous avons que nous ne pouvions pas nous mettre d’accord sur ce qu’est vraiment une "eau propre/ eau sale". Le maître nous a dit que les scientifiques ne se posent donc pas cette question et proposent d’autres mots comme l’eau brute, l’eau épurée, l’eau usée. Nous avons illustré ces termes à l’aide d’un schéma récapitulatif.